Sur les pas de Voltaire à Fernay

Sur les pas de Voltaire à Fernay

Dimanche 5 mai 2019

Le matin, nous visiterons le château : en 1758, lorsque Voltaire, âgé de 65 ans, fait l’acquisition de la seigneurie de Ferney, il déclare avoir trouvé un « hameau misérable » où il construit la demeure de ses dernières années.  Investi des principes philosophiques qui ont nourri l’esprit du siècle des Lumières, tour à tour urbaniste, entrepreneur et mécène, il transforme la seigneurie de Ferney : marais asséchés, construction de maisons, d’une fontaine publique, d’une nouvelle église, pavage des rues, développement de l’artisanat…Devenu « l’aubergiste de l’Europe » en y accueillant les personnalités,  devenant le passage obligé d’une élite qui afflue de l’Europe entière, il y passe ses 20 dernières années.

Labellisée « maison des illustres » le château a fait l’objet d’un important programme de restauration en 2018.

En plus de son « traité sur la tolérance » Voltaire y a écrit 6000 lettres…

Suite à  repas convivial au restaurant à Fernay, nous nous baladerons sur les bords du lac de Chessy. Les sentiers y sont  faciles et plats, les bancs confortables , pour un après-midi de détente.
Trois parcours fléchés vous seront proposés.

Informations  pratiques :

Lieu de rendez-vous : à 7h45 place Bellecour -coté Saône devant le café « Le Bellecour »; .

Matin : visite guidée du château de Voltaire à Fernay;

Midi: repas au restaurant à Fernay;

Après-midi : balade détente sur les bords du lac de Chessy ;

Participation : 85 € . Ce tarif comprend le trajet en bus touristique climatisé,  le repas au restaurant avec vin et café , les entrées des sites et les visites commentées.

 Réservation conseillée avant le :  1er mai.

Pour vous inscrire, cliquez ici !

Cet été, un voyage en Champagne vous est proposé

Le saviez-vous ?

Le nom de Voltaire n’est pas le véritable nom de l’écrivain et philosophe du siècle des Lumières, mais juste un pseudonyme, tiré d’une anagramme de son nom écrit en latin . Il s’appelait : François-Marie Arouet.

Une hypothèse est majoritairement retenue pas les historiens : le père de François-Marie voulait qu’il devienne avocat, alors que lui se voyait homme de lettres. Aussi, pour marquer la rupture avec sa famille, il choisit de changer de nom. Il prit alors la forme latine de son patronyme, Arouet, et le transforma en AROVET. Comme il était Arouet le Jeune, il ajouta LI, toujours en latin.  Prenez  AROVET LI, mélangez les lettres, secouez le tout et…. vous obtenez :   Voltaire !