Entre patrimoine mondial de l’Unesco et chemin de Saint-Jacques de Compostelle

Entre patrimoine mondial de l’Unesco et chemin de Saint-Jacques de Compostelle

Dimanche 6 août 2017

Matin : visite commentée de la ville du Puy en Velay en petit train touristique. Promenade au cœur d’une cité millénaire aux influences Orientales et Mauresques.

Direction le lac volcanique du Bouchet en bus avec guide. La lave et l’eau se sont rencontrées dans les profondeurs de l’écorce terrestre pour donner naissance à un cratère à l’origine du lac actuel à l’eau pure et propice à la baignade.

Midi: Repas au restaurant au bord du lac.

Après-midi : Balade autour du lac avec notre guide (chaussures de marche conseillées) ou baignade pour celles ou ceux qui le désirent.

RDV côté Vivier Merle – Gare Part Dieu – Café «Le Tramway» à 8h00.

Participation : 78 €  comprenant : le trajet en bus, le train touristique, le guide toute la journée, le repas au restaurant avec vin et café.

Réservation avant le mardi 1er août

Le saviez-vous ?

Le Lac de cratère d’origine volcanique est situé à 1205 m d’altitude. Sa superficie est de 44 ha et sa circonférence de 3 km. La profondeur moyenne est de 18 m et sa profondeur maximale de 28 m.

Et si le Lac avait été créé par les Dieux ?

Une légende raconte que jadis, les Dieux ont souhaité punir les habitants de l’ancien village du Bouchet de leur vie dissolue. Pour cela ils se sont adressé à l’âme la plus charitable du village, une vieille dame n’ayant pour seul bien qu’une chèvre. Ils lui ont demandé de quitter le village avec cette dernière, sans jamais se retourner, au risque de faire ensevelir le village par une vague colossale. Arrivée à mi-chemin, la vieille dame aurait entendu un bruit assourdissant derrière elle et…se serait retournée, constatant avec effroi l’engloutissement du village par la vague … Depuis, à l’endroit où elle s’est retournée, se trouve une croix en pierre sur laquelle est sculptée la tête de la chèvre.

Vous serez aussi surpris, en arpentant les sentiers du lac, de croiser la très singulière demeure de Pierre Brin, dit « Garou » : cet homme, amoureux de la nature, y a construit pour dix années sa résidence secondaire, un tonneau de 5000 litres de volume…il l’avait enrichi d’une toiture, d’une porte et d’une fenêtre. « Ici, c’est mon paradis » disait-il aux rares personnes qui ont eu la chance de croiser son chemin…