Dans le sud de la plaine du Forez, un site prestigieux vous attend

Dans le sud de la plaine du Forez, un site prestigieux vous attend

Dimanche 22 octobre 2017 :

Visite guidée du château de Sury le Comtal. Élevé au XIe siècle par les Comtes du Forez, surnommé en 1609 « le petit Versailles », il comprend 3 niveaux composés de 20 pièces dotées de cheminées historiques. Parmi les pièces principales notons les somptueuses chambres de Diane et Marie de Médicis ornées de boiseries datées de 1652, le salon de Sourdis, la grande salle à manger décorée de 25 panneaux peints, la bibliothèque Empire, la chapelle familiale… Le parc de style anglais offre une vue sur les monts du Forez.
Ensuite,  avec notre guide nous visiterons  la ville ancienne de Saint- Just Saint- Rambert située sur les bords de la Loire. Elle a conservé une partie de ses remparts, la porte fortifiée de Franchise, des maisons colorées à pans de bois, en pierre et en galets de rivière.

Informations  pratiques :

Lieu de rendez-vous : à 8 h  gare Part-Dieu – côté Vivier Merle – devant le café « le tramway » .

Matin : Visite guidée du château de Sury le Comtal.

Midi: repas au restaurant.

Après-midi : Visite guidée de la ville ancienne de Saint- Just Saint- Rambert;

Participation : 78€ . Ce tarif comprend le trajet en bus touristique climatisé,  le repas au restaurant avec vin et café , les entrées des sites et les visites commentées.

 Date limite de réservation :  le 18 octobre.

Le saviez-vous ?

La triste danse du Forez…

Le drame se déroule au XIVème siècle. Le Comte de Forez Gui IV, pour fêter son départ en croisade avait organisé des grandes réjouissances réunissant de nombreux seigneurs et toute la jeunesse du Forez. Le plancher s’effondra pendant le bal, tuant de nombreux convives. L’expression « Danse de Forez » évoque depuis une grande réjouissance suivie d’une grande tristesse.

La Mure, dans son Histoire des Ducs de Bourbon et Comtes de Forez, au XVIIe siècle,  récite  que  » la salle du bal fondit et s’abima tout à coup sous les pieds de toutes ces nobles personnes qui y dansaient, en sorte que la plupart, tant hommes et femmes y demeurèrent sous les ruines ».

Quant à Emile Salomon, un architecte français, (1833-1913),  il nous explique que vers 1850 fut découverte une peinture murale, qui « cessait brusquement et d’une manière irrégulière comme si le quatrième mur se fut écroulé ». C’est pourquoi l’on fit de cette pièce le lieu où se déroula le drame.

Les blasons des propriétaires successifs, dans l’ouvrage de Salomon

La chambre de Diane

                                          

 

A découvrir à Saint- Just Saint- Rambert, parmi d’autres vestiges historiques :

La porte Franchise tient son nom du droit d’asile dont bénéficient les délinquants qui parviennent à entrer dans l’enceinte du prieuré. Ceux qui peuvent en franchir le seuil se voient alors exemptés de poursuites infamantes. L’Abbé Signerin nous donne une autre interprétation possible : en 1536, il semble que François 1er, lors de sa visite pour prendre possession du Comté de Forez (confisqué au Connétable de Bourbon qui l’a trahi), ait accordé quelques franchises communales. La porte du Prieuré en aurait gardé le souvenir…

La porte Franchise

 

La chapelle Saint-Jean, située proche de l’église, date probablement du VIIème ou VIIIème siècle. Les moines de l’Ile-Barbe l’ont construite hâtivement, près du Prieuré, en attendant que la grande église soit édifiée. Cette chapelle sert au douze moines, mais permet également de recevoir les ouvriers occupés à la construction de l’église Saint-André. Moines et manants se réunissent aussi pour prier ensemble sous la voûte de bois et sur les marches d’un autel de bois, pour le succès des travaux et de l’entreprise.

La chapelle Saint-Jean