Une fée veille sur le château de Sassenage

Une fée veille sur le château de Sassenage

Dimanche 7 janvier 2018

Visite guidée du château de Sassenage :

  •  l’intérieur, somptueux, dans lequel vous découvrirez de multiples collections de tableaux, d’objets d’art et un mobilier de l’époque Louis XIII à Napoléon III;
  • le parc paysager, dans lequel vous pourrez flâner, admirant les arbres bicentenaires  et humant les multiples essences de fleurs et d’arbustes.

Représentée sur la façade du château, la fée Mélusine veille depuis des siècles sur la famille Berenger-Sassenage . Cette jeune fée des eaux, touchée par un sortilège, est vouée à se transformer tous les samedis, ses jambes devenant une queue de serpent. La famille Sassenage  assurait « descendre de Mélusine », mariée à un mortel et dont l’histoire a pour décor les environs du château…

Puis découverte de l’horloge solaire,  œuvre du jésuite Jean Boufa (1638/1724) au lycée Stendhal à Grenoble. Unique au monde, cette horloge solaire est un remarquable témoignage de la science des pères jésuites du 17° siècle. Les murs des escaliers comportent plusieurs tables astronomiques. Les indications peintes sur le plafond permettent de lire l’heure solaire locale et dans d’autres villes à partir de Grenoble. Bien d’autres fonctions se relient à cette horloge classée aux monuments historiques en 1920.

Informations  pratiques :

Lieu de rendez-vous : à  8h30 h  gare Part-Dieu – côté Vivier Merle – devant le café « le tramway » .

Matin : Visite guidée du  château de Sassenage, en Isère .

Midi: repas au restaurant.

Après-midi : Découverte de l’horloge solaire à Grenoble.

Participation : 78 € . Ce tarif comprend le trajet en bus touristique climatisé,  le repas au restaurant avec vin et café , les entrées des sites et les visites commentées.

 Réservation conseillée avant le :   1er janvier.

Je m’inscris ici à cette sortie

En savoir un peu plus :

Mélusine… Il était une légende :

Tout commence avec un certain Raymondin, fils du comte de Lyon et du Forez, de séjour auprès de son oncle, le Comte du Poitou. Au cours d’une partie de chasse, Raymondin tue accidentellement son oncle et, pris de panique, il prend la fuite et se perd dans les bois.

Au détour d’un chemin, certainement proche d’un cours d’eau, il fait alors la rencontre d’une magnifique jeune femme : Mélusine. Ensorcelée par sa mère Présine, épouse du roi d’Albanie, Mélusine était condamnée à se transformer tous les samedis en créature mi- femme mi- serpent jusqu’au jugement dernier. La durée de ce châtiment pouvait être écourtée si elle se mariait à un chevalier promettant de ne jamais chercher à percer son secret. Mélusine voit alors en Raymondin celui qui pourra la libérer de sa malédiction.

En échange d’un mariage et de la promesse de ne jamais chercher à savoir ce qu’elle faisait le samedi, la fée promet au jeune fuyard une vaste terre et une nombreuse descendance. Raymondin accepte et respecte durant de nombreuses années cet étrange serment. Le couple coule des jours heureux et a même dix enfants.

Toutefois, un jour, poussé par la curiosité, Raymondin perce un trou dans la porte de la chambre de son épouse et la découvre dans son bain au moment de sa mutation. Trahie, Mélusine s’envole par une fenêtre du château pour trouver refuge dans les cuves de Sassenage. On raconte que la fée avait coutume de survoler la région pour veiller sur sa descendance et qu’elle poussait un cri de lamentation pour prévenir de la mort d’un seigneur de Bérenger-Sassenage, trois jours avant que le malheur n’arrive.

Fiers de leur origine féérique, les Sassenage choisissent la légende de Mélusine pour devise : « Si fabula, nobilis est ! » (Si c’est une fable, elle est noble !).

Mélusine de Sassenage, peinture sur faïence, non datée. © Château de Sassenage / Collections

Mélusine figure au fronton du château, sur fond d’armoiries. Elle fait partie du patrimoine historique sassenageois, au même titre que le château de Bérenger et les Cuves qui fournissent le cadre de la légende.

Le parc :

La cuisine du château :

                                       

Cuisine                                                                                                 Fontaine filtrante

La fontaine, objet imposant tout en cuivre, est étamé sur les parois internes. À l’intérieur, un système de couches successives de sable, gravier, charbon, lave et éponge naturelle permet de filtrer l’eau et de la récupérer par le robinet du bas. Celle-ci se trouve être la copie conforme d’une nature morte de Jean-Siméon Chardin qui est au Louvre.

L’Horloge Solaire :Elle est l’œuvre du père jésuite Jean Boufa (1638-1724) et est classée au titre des monuments historiques en 1920. Restaurée en 1984,  les fresques des murs sont protégées des usagers du lycée par des vitres. A travers cette horloge , on connaît la position de la lune, du soleil et les heures du monde entier ainsi que l’interprétation des signes astrologiques.

 

close