Le beaujolais : sous les pierres dorées, le moyen-âge

Le beaujolais : sous les pierres dorées, le moyen-âge

Dimanche 10 novembre 2019

Visite guidée de la maison forte d’Epeisses à Cogny :

Cette Maison forte date probablement du 13° siècle. Elle domine le village de Cogny. Propriété privée, elle se visite uniquement sur rendez-vous, car les propriétaires sont fiers des restaurations accomplies , distinguées par plusieurs récompenses nationales et départementales.

Après un repas convivial au restaurant, nous nous marcherons dans les pas du druide Cléontine .

Sur le pic du Mont Verdun, vieux de 20 millions d’années, le moine Saint -Porchaire, abbé de Lérins, était venu construire un prieuré, juché sur la butte volcanique,  vers l’an 728. Sept ans plus tard, en traversant le Forez, les Sarrazins l’égorgèrent. L’église possède le tombeau et le reliquaire de saint Porcaire. Son tombeau est devenu lieu de pèlerinage. Aujourd’hui encore les pèlerins de Saint Jacques y font étape.

Informations  pratiques :

Lieu de rendez-vous : à 10h00 place Bellecour -coté Saône devant le café « Le Bellecour »; .

Matin : visite guidée de la maison forte d’Epeisses à Cogny;

Midi: repas au restaurant ;

Après-midi : visite guidée du prieuré 

Participation : 85 € . Ce tarif comprend le trajet en bus touristique climatisé,  le repas au restaurant avec vin et café , les entrées des sites et les visites commentées.

 Réservation conseillée avant le : 5 novembre .

Pour vous inscrire, cliquez ici !

La légende dorée : 
Porcaire était le 15e abbé du grand monastère de Lérins et 2e de ce nom. Il serait originaire du Forez. A une date imprécise son abbaye fut saccagée par les Sarrasins débarqués en Provence. Le saint abbé échappa au massacre mais, ayant eu les yeux crevés, il vint se réfugier dans sa province natale où il vécut en ermite. 

Les Sarrasins, décidément vindicatifs, vinrent jusqu’à Montverdun frapper le pauvre moine dans sa cellule même. Il subit le martyre d’un coup de lance, arme dont le fer est conservé dans un reliquaire de l’église paroissiale.

Il semble que plusieurs récits se soient mêlés dans la légende dorée de Porcaire : celui de l’abbé provençal et, sans doute, celui d’un autre moine martyrisé en Forez car les chroniques de Lérins ne font aucune allusion à son retour chez nous. La vie de Porcaire ayant été surtout écrite pour l’édification des fidèles, il est bien difficile de séparer l’histoire de la légende. Il est certain que Porcaire, abbé de Lérins, a bien existé et a été martyrisé par les Sarrasins avec beaucoup de ses moines – la chronique dit 500 – vers 732 quand Charles Martel repousse les Arabes à Poitiers. Et aussi qu’une dévotion ancienne est rendue à Montverdun à un saint moine identifié à Porcaire.

(Extrait de la Gazette du 5 avril 2002)

close